Une visite pour deux “musée du parfum” au cœur de Paris

Deux « musée du Parfum » à Paris, c’était l’idée de notre journée thématique dans la capitale de la mode. Paris est également réputé pour sa parfumerie, et cela, depuis la fin du XVIIIe siècle et l’avènement des grands parfumeurs. Passez une journée sous le signe des senteurs depuis l’antiquité à nos jours dans un Paris mythique et mystérieux.

Balades Olfactives à Paris - Musée du Parfum Pin

Ce n’est donc pas un, mais deux musées intégralement dédiés aux fragrances que vous pourrez découvrir à Paris. Notre première étape sera l’atelier de création d’eau de Cologne chez Fragonard (offert à ma Maman). Une bonne idée pour tenter de percer le secret de cette eau si particulière et reconnaissable. S’en suivra la visite guidée à travers les collections de Fragonard récolté au fil des années.

Nous nous acheminerons ensuite jusqu’à notre seconde étape dans le sillage des effluves diffusé par le tout nouveau Grand musée du Parfum. Si vous êtes prêts, débutons les visites !

Musée du Parfum : De Grasse au quartier de l’Opéra à Paris

Façade Fragonard - Musée du Parfum

Devenir Apprenti parfumeur chez Fragonard

Rendez-vous est prit au centre de Paris à deux pas de l’Opéra dans les ateliers du Célèbre parfumeur de Grasse, Fragonard. L’idée, devenir pour quelques heures de nouvelles apprenties “parfumeurs” et percer tous leurs secrets (ou en tout cas quelques-uns ;))

Dans la salle, se dressent devant nous plusieurs tables mises à notre disposition avec tout le nécessaire du parfait petit parfumeur. Deux tabliers (signé Fragonard) nous sont également offert (inclus dans le prix) et le cours, dispensé par un des nez maisons, débute.

Dans la première partie de l’atelier, On y apprend l’origine de l’eau de Cologne (Allemande) et les senteurs qui la compose. Oui, tout n’est pas Cologne. La recette est plus ou moins stricte et doit être composée uniquement de ces huiles essentielles :

  • 80 % de notes hespéridées – Orange du Brésil, Citron, Bergamote et Mandarine Rouge d’Italie
  • 6 à 12 % de notes de Fleur d’Oranger – Néroli, Petit Grain
  • 3 à 5 % d’aromatiques – Verveine, Romarin, Lavande

Après la théorie, la pratique.

Aidées de bandelettes “teste parfum” nous tentons alors de deviner les huiles essentielles disposées devant nous (sans tricher). C’est grâce à ces différentes notes que nous allons composer notre eau de Cologne personnalisée. Certaines sont plus simples à découvrir que d’autres. Je ne savais personnellement jamais senti l’odeur du petit grain alors que le citron ou la bergamote m’était plus familière. Maman ayant l’habitude des fleurs était définitivement plus experte que moi.

Désormais en nez averti (ou presque), nous voilà maintenant à l’étape ultime de la “formation”. Le but de l’Atelier est, tout de même, de créer notre propre eau de Cologne. En effet, si nous sommes obligées de respecter un certain nombre d’ingrédients, le dosage de chaque élément nous est propre suivant nos senteurs de prédilection. Si vous n’êtes pas à l’aise, le maître “es eau de Cologne” vous aidera pour que l’exercice réussisse à coup sûr.

Ainsi, à la fin de l’Atelier, nous nous sommes retrouvées, Maman et moi, avec deux « eau de Cologne » complètement différentes et qui nous apprécions. C’est toute la magie des senteurs

Atelier Apprenti Parfumeur - Musée du parfum
Atelier du Parfumeur Fragonard - Musée du Parfum 1

L’ensemble de l’Atelier durera environ deux heures sans que nous ne les voyions passer. Nous sortons de l’atelier diplômées et assez fière de nous. Un excellent moment qui a un coût. 95 € par personne (à Paris, 65€ à Grasse), mais le tablier et l’eau de Cologne sont inclus dans le prix. Cela reste une merveilleuse expérience partagée entre mère et fille  qui a eu le mérite de nous amuser tout en apprenant. Une expérimentation que nous vous conseillons vivement lors de votre prochain week-end Mère-fille (ou Mère-fils;))

Ateliers Apprenti Parfumeur

Atelier ouvert à partir de 12ans
Sur réservation par internet et selon dates disponibles
Tarifs 2017 : 95 € – Paris | 65€ – Grasse
Plus d’information sur le site : Atelier Apprenti Parfumeur Fragonard

La visite continue : le musée

Inclus également dans le tarif, la visite du musée du Parfum. Il est installé dans ce qui fut successivement un ancien théâtre, puis manège à vélo et un magasin de meuble.

On retrace alors l’histoire du parfum de l’antiquité à nos jours grâce notamment à une belle collection de matières premières et flacons. Toute la collection provient de la collection personnelle de la Famille. On retrouve surtout beaucoup de bouteilles des plus grands parfums, des planches explicatives. Sans oublier plusieurs films didactiques sur la fabrication des nectars. Personnellement, nous avons trouvé un peu dommage le manque d’odeurs et d’interactivité. Néanmoins, l’ambiance “usine de parfumerie” est très présente et plutôt réussie.

Avant de sortir, passage obligé par la zone de vente des parfums made in Fragonard. Avec notre guide, nous devons deviner de quelles senteurs sont composés les différents parfums Fragonard. Il faut l’avouer, l’atelier précédent nous a donné beaucoup de clés pour retrouver les essences utilisées. Tout est fait pour vous enivrer et que vous ressortiez avec un parfum de la marque (sans que cela soit obligatoire évidemment). Si nous devions faire une critique, cela serait la seule chose qui nous semble un peu poussée à l’extrême.

Musée du Parfum
9 rue Scribe 75009 PARIS

Visite guidée gratuite toute l’année
Ouvert du lundi au samedi de 9h à 18h | Ouvert dimanche et les jours fériés de 9h à 17h.
Plus d’information sur le site : https://www.fragonard.com/fr/usines/scribe

Pause repas à Opéra

Il est 13h lorsque nous sortons du musée et nos estomacs crient famines. Les odeurs, ça creuse. Si vous ne souhaitez pas manger dans les restaurants souvent hors de prix du quartier, nous vous proposons de tester les petits bistros sur l’avenue. Pour environ 20 euros, vous aurez droit à un menu correct sans compter les boissons.

Pour ceux et celles qui souhaiteraient poursuivre par une séance shopping, deux cafétérias sont disponibles dans les Galeries Lafayette ou au Printemps avec un petit plus pour ce dernier, qui propose de vous régaler de Chocolat grâce au Célèbre Chocolatier Belge Pierre Marcolini, champion du monde de Pâtisserie.

Pour les amoureux du Chocolat, Découvrez notre balade au Royaume du Chocolat Belge.

Bruxelles Gourmand, Au royaume du Chocolat Belge

Odeurs enivrantes et autres senteurs au Grand Musée du Parfum

Grand musée du Parfum - Paris

Après une courte pause déjeuner, direction le premier arrondissement dans un ancien hôtel particulier tout juste rénové. À deux pas de l’Elysée sur le célèbre Faubourg Saint Honoré, nous découvrons le  somptueux écrin du tout nouveau Grand musée du Parfum.

Vous allez me dire, encore un musée ? En effet, oui, nous adorons les musées, mais celui-ci est complémentaire du premier (qui a dit concurrent ?). Vrai que deux musées du parfum à Paris, c’est presque plus qu’à Grasse 🙂

La grande différence est qu’ici, la visite est clairement axée sur l’expérience du visiteur et l’exploration des senteurs.

Mille et une senteurs au Grand musée du Parfum

Nous sommes rapidement “embarqués dans le bain des senteurs” grâce à  la découverte des tous premiers parfums de l’antiquité. Grâce à un système très bien pensé, on laisse les effluves titiller nos narines à la recherche d’odeurs connues.

Le premier “parfum” (qui n’a rien de commun avec ceux de nos jours) est celui des Dieux Égyptiens : le kyphi. Par dieux, on inclut également les pharaons bien entendu et la mythique Cléopâtre. Au premier nez, nous avions misé sur l’abricot et le fruit bien mûr, mais les odeurs peuvent être trompeuses. Après une seconde inspiration et les explications très instructives des médiatrices culturelles présentes. Nous reconnaissons alors, entre autres, le raisin, le miel et le bois de santal.

Deux autres senteurs sont également proposées à la découverte et si vous êtes déjà entrés dans une église, elles vous seront tout de suite familières. En effet, l’encens que l’on utilise encore était déjà utilisé à l’Antiquité. Cela ne servait non pas à parfumer, mais bel et bien à purifier l’air et désinfecter avant l’entrée des fidèles. On utilisait ainsi surtout les plantes et les odeurs dans un but plus médicinales qu’aujourd’hui.

L’expérience est, en tout cas, assez nouvelle pour nous et c’est enthousiaste que nous passons à la suite de la visite. Il faut le dire, le peu de monde ce jour-là a aidé à apprécier l’expérience. (les pièces du sous-sol sont assez petites)

Le cabinet de curiosité et Les Grands Parfumeurs

La visite se poursuit par le cabinet de curiosité, très prisée depuis la fin du moyen-âge jusqu’au 18e siècle. C’est un peu l’ancêtre de nos musées modernes, plutôt destinés à l’élite de l’époque qu’au bon peuple. Là encore, les essences étaient toujours dans un but médicinal et on en parfumait les bains encore au moyen-âge.

Ce n’est qu’à partir de la renaissance que les médecins et les religieux ont décrété qu’il n’était pas bon de se laver. En effet, l’eau était vectrice de nombreuses maladies dans l’idée de l’époque. Ainsi, on utilisait et abusait alors beaucoup des “parfums” qu’on s’aspergeaient littéralement sur soi. Évidemment, il fallait couvrir l’odeur nauséabonde qui devait se dégager des corps.

D’ailleurs, pour cacher ces effluves malodorantes, on en conseillé d’autres encore plus fortes. À l’époque de Louis XIV, On appréciait surtout le musc. Celui-ci provient de la glande abdominale, située sous la peau, entre le nombril et les organes sexuels du chevrotin porte-musc mâle. Charmant non ? Heureusement, depuis on ne l’utilise plus remplacé par des odeurs dites synthétiques.

Un peu sur notre faim, nous aurions aimé que le cabinet soit encore plus “de curiosité” qu’il ne l’était. La découverte n’en aurait été que plus intéressante encore.

La prochaine salle s’attache “aux grands parfumeurs” découvert à la fin du XVIII et tout le long du XIX et XX siècle et pour ne citer qu’eux : Guerlain, Coco Chanel et Jean Patou.

Une expérience inattendue

À l’étage, on retrouve l’interactivité olfactive grâce à plusieurs salles dédiées exclusivement à l’odorat dans un parcours très bien pensé. Vous pourrez même faire un test pour savoir si vous faites partie des 30 à 40 % qui reconnaissent une certaine odeur : les phéromones. Seul les plus sensibles pourront les reconnaître. Mais pour le découvrir, vous devrez passer les portes du Grand musée du Parfum.

Notre parcours se poursuit par le grand champ de senteurs pour se terminer en apothéose par la découverte des senteurs primaires. Celles que l’on trouve dans quasiment tous les parfums.

À n’en pas douter, ce musée olfactif est une réussite du début à la fin et la prise en charge du visiteur total. Nous regrettons toutefois que certains points olfactifs ne fonctionnaient pas lors de notre visite et le tarif public de 14,50 euros légèrement prohibitif pour attirer tous les publics. Il existe néanmoins des tarifs réduits pour les seniors, demandeurs d’emploi et étudiants, ramenant ce prix à 9,50 euros. Mais, nous vous l’assurons, cela vaut le détour.

Grand Musée du Parfum
73 rue du faubourg Saint-Honoré 75008 Paris

Tarifs : 14,50 € / Adulte | 5€/Enfants jusqu’à 12ans | 9,50€ tarif réduit
Ouvert du mardi au dimanche de 10h30 à 19h | Ouvert les jours fériés et nocturne le vendredi jusqu’à 22h.
Plus d’information sur le site : http://www.grandmuseeduparfum.fr/

C’est sur ces odeurs que s’achèvent nos découvertes olfactives à Paris. Il est temps de reprendre le métro où nous attends d’autres senteurs plus corsées ! Il est 17h, heure de pointe. C’est néanmoins, le moyen le plus pratique avec le bus et la marche à pied pour découvrir Paris.

Découvrez dans un de nos prochains articles, Paris vu de la seine. Une autre occasion de découvrir Paris sous un autre jour.

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Laissez une réponse

CommentLuv badge

6 Partages
Partagez5
Tweetez
Épinglez
+11